damienpouvreau© all rights reserved

     Dessins de Camille Ulrich - Coulisses et représentations au Théâtre du Château d'Eu (Normandie) - Mai 2016

« Tu verras, c'est un beau théâtre, un peu chantilly... »


Avec Damien Pouvreau, de la Compagnie le 4e Mur. On a roulé, roulé, depuis Alfortville jusqu'au Théâtre du Château de la Ville d'Eu, en Haute-Normandie. Trois heures qui ont filé, où Damien m'a raconté la genèse de son spectacle "2710 jours de ma jeunesse", qu'il aime à qualifier d'artisanal. « Je suis content qu'on dise que c'est un O.V.N.I., content de ne le faire que maintenant à l'aube de mes quarante ans, content et fier de ce que c'est devenu : ça me ressemble vraiment. »

C'est parti d'une rencontre l'année de ses treize ans. Alors qu'il passait son temps dehors, dans les marais et les forêts de sa Vendée natale, sans goût particulier pour la lecture, sa mère a mis dans les mains de Damien les carnets de guerre de son grand-père, qu'il avait écrits depuis le début de son service militaire en 1937 jusqu'en 1945. C'est le témoignage poétique et percutant d'un cultivateur vendéen, prisonnier de guerre qui a vu s'envoler 2710 jours de sa vie, de sa jeunesse, dans le tourbillon infernal de la Seconde Guerre Mondiale.
Damien a dévoré les carnets.

Trente ans plus tard, il y revient et se fait accompagner d'Alexandra Rübner à la mise en scène, de Bertrand Pelloquin à la création sonore, et de Jérémie Arcache aux arrangements musicaux pour transmettre ces écrits en un objet théâtral inventif et humain. « Je veux aller le jouer partout, dans des petites salles ! Je me dis : tant que je n'ai pas de cheveux gris, et que je ressemble à un petit fils, je peux encore le jouer... J'ai envie qu'il fasse son chemin, avec des gens qui le captent. Il faut qu'il aille là où il a sa place. »

J'ai passé trois jours avec Damien, Alexandra et Bertrand dans ce théâtre « un peu chantilly » qui jouxte le château et la collégiale de la ville d'Eu. Le temps d'un filage et de deux représentations suivies d'une rencontre avec le public, où l'on aura entendu un ancien combattant féliciter Damien : « Parce que je m'y connais, moi, je l'ai faite cette guerre ! »

(Camille Ulrich)